Visite de terrain dans le cadre du suivi des activités d’aménagement des adductions en eau potable

Publié : 28-01-2019

Ce jeudi le 17 et vendredi 18 janvier 2019, Le Ministre de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, Hon. Côme MANIRAKIZA a effectué une descente sur terrain pour se rendre compte de l’état des lieux d’alimentation en eau potable au niveau national.
Le Ministre a d’abord visité les communes Matongo et Kabarore de la province Kayanza. A Matongo et Kabarore, il a visité des infrastructures hydrauliques construites en travaux communautaires, celles construites sur financement du Gouvernement du Burundi via les Communes et l’Agence Burundaise de l’Hydraulique en milieu Rural et celles exécutées par les partenaires

Dans la ville de Kayanza le Ministre a visité également des infrastructures hydrauliques (notamment un réservoir de 1500 m3 et une usine de traitement de l’eau captée dans la forêt de Kibira avec un débit de 300 m3/heure)
Au terme de la visite effectuée à Kayanza, le Ministre a indiqué que le niveau de collaboration au niveau technique est à améliorer car il y a une alimentation en eau potable qui ne respecte pas les normes surtout au niveau de tuyauterie. L’entreprise qui exécute les travaux (maitre d’œuvre) a posé sur une distance de 500 m une tuyauterie d’un diamètre de 40 mm au lieu de 63 mm. Sur ce, le Ministre a recommandé à la Direction Générale de l’Agence de l’Hydraulique et Assainissement en Milieu Rural et à la Commune Matongo de travailler en synergie pour éviter de pareils cas.


Après la province de Kayanza le Ministre a visité, vendredi 18 janvier 2019, les infrastructures hydrauliques à Ngozi, notamment des adductions en eau potable à Mwumba, Gashikanwa, Tangara, Ngozi par pompage.
Le constat a été que le suivi et l’entretien des infrastructures est indispensable pour leur pérennisation ; ce qui nécessite des moyens financiers qui proviendraient de la population.
Les stations de pompage nécessitant souvent l’électricité pour fonctionner le prix de l’eau est élevé dans les centres du pays alors que ça devrait être le contraire. La conclusion est que la facturation doit être conforme pour tous les bénéficiaires de l’eau potable à travers le pays.

A Lire aussi